Refusé [Rédacteur] Balkhar

Discussion dans 'Candidatures Refusées' créé par Balkhar, 11 Décembre 2016.

  1. Balkhar

    Balkhar SamArrivant

    Inscrit:
    2 Juillet 2016
    Messages:
    3
    J'aime reçus:
    5
    Pseudo : Mon pseudo IG est Balkhar.

    Date de naissance : Je suis né le 23 Août 2003, à Dieppe en Seine-Maritime. Je suis donc âgé de 13 ans.

    Prénom : Je m’appelle Achille.

    Motivations : Je suis motivé pour ce poste de rédacteur, car simplement, l’écriture est un moyen d’extérioriser, de me vider l’esprit, et simplement, car l’écriture, est une façon de vivre. Sans l’écriture, que serions-nous ?

    Pourquoi choisir SamaGames ? J’ai choisi SamaGames, car c’est un serveur que j’apprécie beaucoup. Le style, le staff, les joueurs, font de ce serveur, un endroit on l’on peut jouer tranquillement, sans se prendre la tête, contrairement à des serveurs, où l’on y trouve 5 000/6 000 joueurs. Je le recommandes assez souvent à des proches et à des amis.

    Expériences (avez-vous déjà fait partie d'un staff, avez vous déjà été rédacteur ?...) :Je n’ai jamais eu d’expériences en tant que tel. J’ai été rédacteur, dans le journal de mon collège l’an dernier, ce qui m’a permis de m’améliorer, en quelque sorte. J’ai déjà postulé il y a quelques mois, mais ma candidature n’avait pas été retenu, car au niveau de mon article, je l’avais, à mon sens, bâclé. J’espère faire de mon mieux, cette fois.

    Présentation IRL : Dans la vie, je m’appelle Achille LAIGNIEZ. Je suis en 4°, dans un collège de la Somme. J’ai déménagé il y a quelques mois, suite au décès de mon père, et à la conquête amoureuse de ma mère. J’ai beaucoup souffert de ça, malgré le fait, que l’écriture m’ait suivie. Elle m’a beaucoup aidée, dans mes moments de douleurs, pendant mon harcèlement, où j’ai su y trouver, comme une sorte de refuge. Revenons à nos moutons, car nous nous égarons. Caractériellement parlant, je suis quelqu’un d’assez froid aux premiers abords, mais quelqu’un qui a le sens de la rigolade, et du partage. J’aime beaucoup rire, c’est une sorte de refuge, pour moi, comme l’écriture. Il me semble que j’ai fait le tour, donc passons à l’étape suivante !

    Parcours IG : J’ai commencé à jouer aux jeux vidéo, grâce ou à cause de mes frères. Ils m’ont transmis le goût du jeu, et je ne le regrette absolument pas. J’ai commencé à jouer à Minecraft, en Septembre 2015, grâce à mon meilleur ami. Minecraft, est l’un de mes jeux préférés, tout simplement, car dès le début, j’y ait accroché.

    Un/des projet(s) d'avenir ? Bien sûr, sinon que ferait-on sans projets ? Pour ma vie future, je souhaiterai devenir journaliste, car, comme dit plusieurs fois plus haut, j’aime beaucoup l’écriture. Je veux faire ce métier, depuis tout petit, car pour moi, être journaliste, c’est l’un des plus beaux métiers. Tout simplement, car nous avons un contact humain, nous apprenons beaucoup chaque jour.

    Partie libre : Pour la partie libre, j’ai décidé de parler de la chanson. Depuis quelques années, j’ai découvert le monde merveilleux de la chanson. La chanson, pour moi, c’est un bien-être.

    Possédez-vous Skype et Teamspeak ? Bien sûr ! J’utilise Skype, depuis plusieurs années maintenant, et TS, depuis plusieurs mois.

    Exercice de Rédaction :

    Pour mon exercice de rédaction, j’ai décidé de rédiger, un passage de ma vie. Il sera, en effet, vrai, et assez poignant, je le pense. J’espère, qu’il vous plaira, bonne lecture!



    11 Janvier 2014

    En Janvier 2014, mon père a succombé à plusieurs cancers. J'avouerai, que, ça a été l'élément déclencheur de état psychologique actuel. Après sa mort, j'ai passé des nuits à ne pas dormir, à me demander ''Pourquoi lui?". Cette question, je me la ressasse depuis 1 an et demi. J'en pleurais, beaucoup. Il manquais, il me manque, et il me manqueras toujours. Les souvenirs que j'ai de lui sont pauvres, mais si précieux à mes yeux, qu'ils me suivront jusqu'à ma mort. Comment l'oublier? C'est impossible, même si j'ai vécu peu de temps avec lui. Quelques mois plus tard, ma mère rencontra quelqu'un, et ce quelqu'un c'est cette personne qui me détruit aujourd'hui. Au début il était gentil, tout ça tout ça, sauf que son comportement à vite changé. J'allais chez lui le week-end, ma mère habitait déjà chez lui, alors que moi j'habitais encore dans la maison familiale. Elle nous ramenait à manger toutes les semaines, et je la voyais que très rarement. Elle me manquait, mais elle ne voulais pas l'entendre. Je vivais avec mon frère, qui lui a 18 ans, et moi 13. Imaginez deux secondes, l'entente entre nous deux. Il y en avait aucune. Il y en a encore moins maintenant. Du coup malgré la présence de mon frère, j'avais l'impression de vivre seul, avec mes soucis, scolaire, comme familiaux. J'ai deux frères, Romain, et Cyprien. Je vivais avec Cyprien, car Romain a 27 ans, donc qui a déjà quitté le nid familial il y a plusieurs années. J'étais en manque d'amour affectif évident, mais personne le voyait. Sauf mes amis de l'époque, impuissant face à une telle situation. Un soir, un soir parmi tant d'autre à ne pas dormir, j'ai décidé de prendre une paire de ciseaux, et de me mutiler. Un trait, puis deux, puis trois, puis des dizaines et des dizaines de traits, où coule du sang. Le sang de la haine, qui est en train de m'envahir. J'ai la haine, oui, tout simplement parce que personne voit mon état psychologique. Ils me prennent tous pour un taré, sans se demander pourquoi je suis comme ça. Mais c'est de leurs fautes, à tous. Ils ne veulent pas prendre quelques secondes pour s'occuper de moi, trop occuper à me critiquer.

    J'arrivais aux Urgences. Une infirmière m'a pris en charge. Elle m'a pris ma tension, élevé, en même temps, c'était évident, j'étais en pleine crise d'angoisse. Puis, elle m'a désinfecter le bras. Elle été subjuguée, parce ce qu'elle venait de découvrir. Un ado de 12 ans, qui s'est taillé du poignet jusqu'au coude, avec peu d'espace de peau encore libre. C'était vraiment pas un exploit. Je venais d'échapper à la mort. J'aurai enfoncé la lame de ma paire de ciseaux un peu plus profondément, et je me coupais la veine. Et ma mère, assise près de moi, étais encore entrain de crier tout ce qu'elle pouvait. Moi encore en pleine crise. Ensuite, après tous les soins réalisés, l'infirmière me dit d'aller en salle d'attente, en attendant de voir le pédo-psychiatre. Elle m'y conduit, je m'assis, et ma mère sortit son téléphone. Elle appela Cyprien. J'étais tellement sous le choc de sa phrase. Elle lui a dis, sans gêne "Il va me gâcher mon week-end, tu t'en rends compte?". Et puis, lui, il s'est mis à rigoler. J'étais au bout. J'en pouvais plus. Il n'y avait plus d'espoir que je m'en sorte. Si même ma famille se mettait à faire ça, j'étais foutu. A cette époque, il ne restais plus que mes amis pour moi. J'avais plus que eux.

    La pédo-psy arriva, puis me posa énormément de questions, et je répondais, bizarrement, en contre-accord avec ma mère. Puis elle me dit "Bon Achille, ton état psychologique actuel nécessite une prise en charge. Est-tu d'accord de rester avec nous quelques jours?" J'accepta, et je voyais ma mère, qui était stupéfaite. Elle croyait sûrement que j'allais reste avec elle. Mais tout ce qui pouvait, à présent, me séparer d'elle, je l'utiliserai avec limite, de la joie.

    L'infirmière me conduisit au service de de pédiatrie. Plutôt sympa. Murs décorés, chambres à thèmes.. Mais j'étais tellement fatigué, que j'écoutais même plus ce qu'ils disait. J'étais épuisé, j'avais plus de forces. Ma seul énergie active, c'était de pleurer. La seule chose que je pouvais faire, sans jamais me fatiguer. Et puis, ce que ma mère ne comprends pas, c'est que c'était de sa faute si j'étais là-bas ce jour-là. Si seulement, je dis bien seulement, elle avait porté une attention sur moi, même minime attention à mon égard, au lieu de s'en foutre comme de l'an 14, et bien peut-être qu'il y aurait pu il avoir une lueur d'espoir. Sauf qu'elle n'a pas été assez intelligente pour le faire.


    L'infirmière me montra ma chambre. Une chambre avec une décoration "Poisson". Elle était plutôt jolie. Je m'assied sur le lit. J'étais en train de me demander ce que je faisais là. Moi j'avais comme but de m'ouvrir, et de mourir. Pas d'aller ici, dans ce foutu hôpital. La dernière fois que j'avais été dans ce truc, c'est quand mon père était aux soins palliatifs, et qu'il était sur le point de nous quitter. Pourquoi est-il pas rester, simplement pour voir l'horreur qu'elle m'infligeait? Pourquoi est-ce trop simple de faire du mal aux gens, sans leur donner de l'amour? Ça, j'en sais rien, et personne, je pense, n'en saura rien, mais c'est très petit de faire ça. Très très petit. Pourquoi, moi, Achille, jeune adolescent, n'ai-je pas eu ces saloperies de cancers, pour que mon père finisse sa vie comme il l'avait envisagée? Ça, la science le dira peut-être, un jour.


    Ma mère sortit de ma chambre, et me dit qu'elle allait me chercher des affaires. Pour une fois, elle pense à moi. Mais je pense surtout qu'elle fait ça, pour passer pour la mère exemplaire, dont elle a toujours rêvée d'être, sans jamais pouvoir le faire.

    ~​

    Voilà, j’espère que ce récit, long je vous l’accorde, vous satisfera, et qu’il me conduise vers ce poste si important pour moi. Je vous souhaite une agréable soirée, et j’attends avec impatience la réponse, positive, je l’espère.


    Cubiquement,

    Balkhar.
     
    • J'aime J'aime x 4
    • J'approuve J'approuve x 1
    • Liste
    Dernière édition: 12 Décembre 2016
  2. Herrior

    Herrior Administrateur - Resp Modération et Rédaction Membre du personnel Administrateur

    Inscrit:
    3 Janvier 2015
    Messages:
    1 981
    J'aime reçus:
    239
    Bonsoir,

    Tout d'abord désolé pour l'attente, ta candidature n'avait pas généré de notification sur le forum, je ne l'avais donc pas vu.

    Je te remercie pour ton investissement et l'intérêt que tu portes à SamaGames. J'ai lu avec attention ta candidature et apprécié le travail fourni, malheureusement ta rédaction est marquée de quelques maladresses et ne correspond pas tout à fait à ce que je recherche, cela ne me permet malheureusement pas de te proposer de passer à l'étape suivante.
    Je t'encourage à poursuivre tes efforts et à persévérer.

    Cordialement.
     

Partager cette page